EN ATTENDANT QUE JUSTICE SOIT RENDUE

par | BLE, Justice, SEPT 2013

En 2012, Fernando Moleres a fondé l’ONG Free Minor Africa qui vient en aide aux mineurs incarcérés en Sierra Leone. Il se sert de ses photographies afin de recueillir des fonds pour les accompagner et dévoiler au monde cette situation de profonde injustice. Son travail sera exposé au Festival des Libertés 2013.

À Pademba, prison de haute sécurité de la Sierra Leone, de jeunes détenus mineurs attendent leur procès ou purgent des peines illégales.

La Sierra Leone a pourtant signé et ratifié la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant qui interdit expressément d’emprisonner des mineurs. Ils sont incarcérés car la police et le système judiciaire ne font pas correctement leur travail et les détenus ne bénéficient d’aucune aide juridique.

J’ai rencontré à Pademba plus de 30 jeunes partageant leur cellule avec des adultes dans une prison surpeuplée où sont incarcérés plus de 1 300 détenus. Ces derniers sont enterrés dans des cellules exiguës et ils sont nombreux à dormir à même le sol. L’hygiène est inexistante, la nourriture et l’eau sont rares, il n’y a pas d’eau pour se laver à moins de l’acheter et ils doivent également payer pour utiliser les toilettes. Les jeunes sont victimes de mauvais traitements, de violences et de harcèlement sexuel de la part de prisonniers adultes. Ils sont libérés après de longues périodes d’incarcération, sans aucune possibilité de réhabilitation. Le manque d’opportunités à leur sortie est directement lié au taux de récidive.

Mes photographies de ces jeunes incarcérés ont été largement publiées en 2011 et 2012 dans différents titres de presse, tels que The Independent, Le Monde Magazine, The Sunday Times, Libération, NZZ, El País Semanal et TIME, ainsi qu’à l’occasion d’expositions telles que World Press Photo. Mais ces publications ont uniquement permis de sensibiliser un large public à cette sinistre tragédie qui concerne des dizaines de mineurs dans les prisons de Sierra Leone et des milliers d’autres dans toute l’Afrique.

En 2012, j’ai fondé l’ONG Free Minor Africa qui vient en aide aux jeunes en conflit avec la loi en Sierra Leone, notamment dans le domaine de la réinsertion sociale. Free Minor Africa offre une assistance directe aux mineurs incarcérés à Pademba ou placés dans des centres de redressement (établissements pénitentiaires pour mineurs), paie les cautions pour libérer des jeunes accusés de délits mineurs et a mis en place un projet visant la réinsertion des jeunes dans la société en les scolarisant ou en leur trouvant des stages.

J’ai débuté ce projet avec les jeunes que j’ai rencontrés à la prison de Pademba et les résultats sont encourageants. Je pense que les changements produits chez ces jeunes et leur réinsertion dans la société sont autant d’exemples positifs pour eux et pour la société.

La plupart de ces mineurs n’ont personne qui les attend à l’extérieur et ils retournent vivre dans la rue, comme le montre le témoignage d’Abu, par exemple : “C’est douloureux d’apprendre que votre famille ne veut plus de vous”. Sans aide, ni personne sur qui compter à la sortie de prison, le risque d’exclusion sociale est élevé. Le manque de programmes de réhabilitation au sein même des prisons rend la réinsertion dans la société très difficile, laissant ainsi ces jeunes totalement désorientés et inadaptés. La vie dans la rue et la difficulté de survivre dans l’un des pays les plus pauvres de la planète les poussent au bord du précipice et leur font courir un risque réel de retomber dans la délinquance.


photo : Fernando Moleres

Dans la même catégorie

Share This