QUI VEUT NOYER SON CHIEN L’ACCUSE D’AVOIR LA RAGE

par | BLE, Démocratie, MARS 2014, Politique

Nous sommes loin de l’époque glorieuse de l’URSS d’antan, où les dissidents étaient gracieusement envoyés aux frais de l’Etat suivre une cure régénératrice en asile psychiatrique. Loin aussi de l’atmosphère nauséabonde des croisades maccarthystes étasuniennes… Dans nos sociétés modernes et libérales qui reconnaissent à leurs citoyens le droit à l’opinion différente, si elle est plus subtile et moins systématique, la criminalisation fait toujours partie d’une stratégie destinée à étouffer l’expression d’un désaccord avec les valeurs politiques dominantes.

http://jvoulaispaspirater.tumblr.com/ Le tsunami planétaire d’Internet a logiquement engendré l’émergence d’innovations sémantiques, notamment dans le langage politique.

L’utilisation du concept de cyber-criminalité permet de criminaliser toute la population utilisant le web, quel que soit le degré prétendu de l’acte de délinquance imputé : télécharger des MP3, télécharger des vidéos…

Le blog “Jvoulais pas pirater” récolte des témoignages, souvent humoristiques, d’internautes ayant tenté légalement de télécharger des séries mais qui, faute d’alternatives crédibles, en reviennent au bon vieux piratage.

[cf. “Partager, c’est du vol ?”, p. 25]

http://www.fieldliberation. org/?lang=fr

Collectif informel de citoyens préoccupés, le Field Liberation Movement (FLM) milite pour que la Belgique reste libre de cultures d’OGM en plein champ.

Pour avoir, avec des centaines d’autres citoyens, remplacé à Wetteren des pommes de terre OGM par des pommes de terre bio, onze inculpés ont été jugés pour association de malfaiteurs.

Le Ministère public a manifestement l’intention de criminaliser la lutte non violente et citoyenne pour une agriculture de qua lité en présentant les onze comme des extrémistes isolés. C’est pourquoi quatre-vingt autres personnes se sont déclarées

«comparants volontaires et solidaires» des inculpés. Une première dans l’histoire du droit en Belgique !

[cf/ “Moi aussi, j’en suis”, p. 21]

http://www.vredesactie.be/ Mouvement pacifiste belge ayant fait de la militance non violente une stratégie de lutte essentielle, Vredesactie constitue un réseau planétaire d’organisations, de groupes et de personnes qui endossent collectivement la déclaration de principes du War Resisters International (WRI): “War is a crime against humanity. Therefore I am determined to not support any form of war and to work for the elimination of all causes of war.”

Le site est assez pauvre dans sa version anglaise, mais si Vondel est un de vos proches, de nombreux dossiers pertinents et des ressources instructives vous attendent sur ce site.

http://comitedesoutienbxl.blog.com/ Le comité d’Actions et de Soutien (C.A.S) est un collectif qui s’est formé à partir de l’occupation, en avril 2008, d’un bâtiment sur le campus universitaire de l’ULB par des migrants “sans-papiers”. Dans le cadre d’un vaste mouvement de résistance, de solidarités, d’occupations, de désobéissances, de manifestations ayant lieu partout en Belgique, les actions du Comité d’Actions et de Soutien visent à apporter un soutien aux occupations et aux manifestations des “sans-papiers”. Cette stratégie se soldera par l’arrestation et l’enfermement de huit membres du CAS et l’ouverture d’une procédure judiciaire pour faits de “rébellion” et de “violences contre policiers en fonction”.

[cf. “Chronique judiciaire de deux procès policiers”, p. 32]

http://www.liguedh.be/2013/1874-stopper-la-criminalisation-pour-renforcer-la-solidaritearticle

En complément du lien précédent, la carte blanche, co-signée par Bruxelles Laïque, publiée dans Le Soir et intitulée : Stopper la criminalisation pour renforcer la solidarité.

http://www.indignez-vous.be/PDF/ la_lutte_non_violente_en_50_points. pdf

95 pages d’introduction à la stratégie de l’action violente !

Ce livre disponible on line est avant tout destiné aux activistes et aux groupes engagés, ou qui projettent de s’engager, dans le but d’instaurer une société plus ouverte et plus juste.

Les techniques présentées dans ce livre ont été appliquées avec succès dans différentes parties du monde au cours du vingtième siècle. Elles se basent sur les expériences et les connaissances acquises au cours de combats non-violents, longs et éprouvants – depuis la marche de Gandhi pour l’indépendance de l’Inde, jusqu’à la révolution non violente serbe en 2000 –, menés contre des régimes non démocratiques et d’autres adversaires ayant pour point commun la négation des principes même de la liberté et des droits de l’homme.

Dans la même catégorie

Share This