P R I N T E M P S    22

HIVER    21

Du point de vue des droits et libertés, les personnes mineures ne sont pas considérées comme étant légalement autonomes et ne sont pas représentées politiquement. Cela dit, la jeunesse demeure le baromètre de la justice sociale et de l’égalité des chances dans nos sociétés. Enfermée dans les limbes de ce paradoxe, la jeunesse n’a pas voix au chapitre. Ce numéro cherche à décrire la situation de la jeunesse aujourd’hui, en s’intéressant concrètement à ses conditions matérielles, ses institutions et sa place dans l’espace public et la société de manière générale.

C’est également l’occasion de mettre en avant la première édition du Festival TAKTIK. Véritable lieu d’expression dédié à la jeunesse, ce Festival proposera aux jeunes de débattre autour de questions qui les concernent, d’échanger sur leur engagement et sur leurs idées, de participer à des ateliers et autres rencontres… en n’oubliant pas l’importance de la musique pour réunir les jeunes et leurs idées.

Un numéro qui ne s’épargne pas de faire des constats difficiles, qui donne aussi la parole aux jeunes et qui esquisse également des alternatives pour permettre à la jeunesse de trouver et de prendre sa place dans notre société et nos institutions.

Depuis plusieurs mois, la migration et ses méandres, ses nombreuses victimes, ses passeurs, ses impasses, ses distinctions, sa discrimination, sa clandestinité organisée, et trop souvent fatale, mais aussi ses succès et son histoire sont oubliés. Cependant, la réalité de la migration, toujours difficile et trop souvent tragique, n’a pas cessé d’exister. L’Union européenne a maintenu sa pseudo politique migratoire en s’accommodant de multiples processus de déresponsabilisation ou en sous-traitant auprès d’États partenaires le refoulement de masse des migrants.

Méconnue et instrumentalisée, l’histoire de la migration et des diasporas présentes en Belgique demeure souvent déformée. De toute évidence, ces biais alimentent les préjugés, les discriminations et les tensions, négligeant l’apport des communautés qui vivent sur le territoire, enfermant l’idée que l’on se fait du pays dans des carcans identitaires. 

 Ce dossier thématique réaffirme l’essentielle liberté de circulation des personnes, sans s’épargner les complexités et les ramifications des débats et des pratiques liées au phénomène de la migration. 

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles