INTERVIEW EXTRÉMISMES VIOLENTS : ACTIONS ET PRÉVENTION D’UN SERVICE PUBLIC

par | BLE, JUIN2022, Social

Interview avec Alice Jaspart Directrice du CAPREV (Centre d’Aide et de Prise en charge pour toute personne concernée par les Radicalismes et Extrémismes Violents).

La radicalisation violente est définie comme : “l’engagement d’un individu ou d’un groupe dans un projet politique en rupture avec l’ordre existant, fondé sur une idéologie qui rejette le pluralisme et la diversité, et qui considère que, malgré le caractère démocratique de notre système, la violence est un moyen légitime pour atteindre ses objectifs”. Quel retour d’expérience le CAPREV (Centre d’aide et de prise en charge de toute personne concernée par les radicalismes et les extrémismes violents) peut- il faire cinq ans après sa création ? Quelle implication cette définition a-t-elle dans son mandat, qu’en est-il dans son travail des différences entre radicalité des opinions et légitimation ou recours à la violence à des fins politiques ou idéologiques ?

Quel est le contexte d’apparition de ce service public, sa structure et son financement ?

Alice Jaspart (AJ) : Nous sommes une émanation directement liée au contexte post-attentats. Ce contexte joue beau- coup dans notre fonctionnement actuel et dans le public que nous touchons aujourd’hui.

Le CAPREV1 fait partie d’un réseau plus large, le “Réseau de prise en charge des radicalismes et des extrémismes violents de la Fédération Wallonie-Bruxelles” mis en place dans le contexte post-attentats 2015-2016 au niveau européen.

La FWB a estimé qu’il était important de mettre en place une série d’initiatives et de services au niveau des compétences communautaires afin de répondre aux difficultés et aux prises en charge liées à ce contexte. Le CAPREV avait comme mission de départ l’aide et la prise en charge pour toute personne concernée par des radicalismes ou des extrémismes violents avec, comme premier type d’intervention, une permanence téléphonique par notre équipe pluridisciplinaire. D’emblée la volonté était d’être présent pour toute forme d’extrémisme et de radicalisme violent.

Est-ce uniquement en réponse aux attentats qu’une institution telle que le CAPREV existe ou y avait-il déjà une demande de terrain passée ?

AJ : Je ne connais pas toutes les pré- misses de la création mais je pense qu’au fur et à mesure des départs de jeunes en Syrie, des demandes d’aide ont été faites notamment de la part de parents qui demandaient de la prévention, des prises en charge pour éviter le départ de leurs enfants.

La création du CAPREV a été une réponse aux attentats mais le djihadisme islamiste n’est pas le seul visé. Quelles sont les autres formes d’’extrémisme reconnues ou traitées par le CAPREV ?

AJ : Le contexte de création du centre joue encore beaucoup dans les publics que l’nous pouvons toucher aujourd’hui, plus de cinq ans plus tard. Au départ, nous ne savions pas vraiment qui allait solliciter ce service public. Aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus au clair. En termes de formes d’extrémismes, nous sommes encore très majoritairement sollicités pour des questions d’extrémisme politico-religieux de type salafiste djihadiste. On s’interroge sur ce phénomène : y a-t-il un biais de perception nous concernant, est-ce qu’il y a un effet du contexte de création ou est-ce le reflet de ce qui se passe réellement ? Peut-être que nous sommes “étiquetés”, en quelque sorte, par le public comme étant spécialisé pour cette forme d’extrémisme et en particulier pour les infractions dites à caractère “terroriste”. De manière générale, dans la population, est-ce qu’il y-a d’autres formes d’extrémismes qu’on voit moins et auxquelles on réagit moins ? Nous sommes donc très attentifs par rap- port à d’autres mouvements, notamment d’extrémisme de droite. Nous commençons doucement à être sollicités pour des situations de ce niveau-là, par des professionnels suite à des propos tenus par un élève par exemple, ou des parents qui s’inquiètent par rapport à leur adolescent qui consulte des sites en lien avec cette forme d’extrémisme-là, les mouvements complotistes comme QAnon par exemple. Nos recherches nous montrent avec d’autres acteurs comme Unia – que d’autres formes d’extrémismes avec des qualifications infractionnelles différentes, notamment aux législations antiracisme ou anti-discrimination, pourraient bénéficier de notre accompagnement et nous sommes en train de voir comment nous pouvons se faire connaitre des magistrats qui ont ces infractions parmi leurs compétences.

Quelles sont les différents modes d’ac- tion concrets du CAPREV ?

AJ : Nous sommes partis de l’idée que nous avions une mission générale d’aide et d’accompagnement de toute personne concernée par la problématique. À partir de là, trois types de public se sont distingués :

-Le public des professionnels qui sont le plus souvent inquiets par rapport à une situation de terrain. Il peut s’agir de professionnels de l’enseignement, de services psychosociaux, de thérapeutes privés, de conseillers de CPAS, etc. On essaie d’aider à clarifier la situation au téléphone et puis de visu s’ils le souhaitent, explorer les différentes facettes de la situation et voir ensemble quels sont les meilleurs positionnements professionnels qu’ils peuvent prendre parce que nous pensons qu’ils ont sou- vent beaucoup de compétences pour réagir d’eux-mêmes. Le cas échéant, nous pouvons aussi mettre en place un soutien en réunion d’équipe, une intervision, une formation spécifique via nos collègues du CREA (Centre de ressources et d’appui du Réseau), un groupe de parole, etc. Notre priorité est de soutenir et d’outiller au mieux ces professionnels en termes de prévention, car ils sont souvent en contact et en lien direct avec la personne concernée. Par leur intermédiaire, si la personne est d’accord, nous pouvons aussi travailler directement avec elle. Maintenant, si les inquiétudes subsistent pour les professionnels qui nous contactent, et que leur demande est de signaler la situation aux autorités compétentes, nous pouvons les orienter vers les services de police adéquats, en les réorientant du mieux possible avec notre connaissance de ces services. Nous ne le faisons pas directement, nous ne sommes pas une ligne de signalement comme ça existe en France mais une ligne d’aide avec des garanties de confidentialité.

– Le public des proches et des familles inquiets pour un adolescent ou un adulte de leur entourage. Nous allons également explorer avec eux la situation, voir s’il y a des éléments d’inquiétude vraisemblables ou non et voir com- ment la personne peut aider au mieux, elle-même, ce proche en offrant notre soutien. Nous pouvons aussi travailler avec la personne concernée avec l’aide des proches. Les familles ont beaucoup de compétences pour pouvoir maintenir le lien et essayer quelque chose. On fait aussi un soutien des personnes (parents, grands-parents) qui attendent le retour d’un proche parti en Syrie ou l’accompagnement de familles qui accueillent les enfants et petits-enfants qui sont revenus de Syrie et sont placés auprès de familiers et dont les parents sont parfois incarcérés ou décédés.

-Le public des personnes que nous avons choisi de qualifier de “personnes directement concernées” pour ne pas d’office les étiqueter par le mot radicalisés ou terroristes. Des personnes donc, directement concernées par une problématique d’extrémisme violent en lien avec une idéologie et qui sont généralement poursuivies ou condamnées par la justice en lien avec des infractions. Nous avons un numéro vert qui est accessible en prison librement, donc les personnes détenues peuvent nous solliciter directement pour mettre en place un accompagne- ment depuis les prisons. Nous accompagnons également des personnes sous mandat judiciaire (libération conditionnelle, sous probation, etc.) ou sur base volontaire en dehors de toute contrainte judiciaire. Nous travaillons avec les per- sonnes majeures mais aussi mineures. Il y a l’accompagnement de jeunes placés en IPPJ notamment à la demande du jeune ou en soutien à l’équipe éducative. Le suivi peut se poursuivre à la sortie de l’IPPJ ou à l’âge adulte si la personne le souhaite.

Comment gérez-vous les constats de menaces réelles et imminentes pour la sécurité des gens ?

AJ : Nous sommes assez au clair avec l’état de nécessité et le bris du secret professionnel et contrairement à ce qu’on pourrait penser, nous avons eu assez peu de situations où s’est posée la question. En interne, on a toute une série de balises pour essayer d’évaluer le degré de difficulté d’une situation, de même qu’une procédure liée au bris du secret professionnel mais en fait c’est très peu arrivé.

L’objectif principal de votre travail serait le désengagement ? Pourriez-vous approfondir cette notion ?

AJ : Avec les professionnels et familles, nous sommes plus dans la prévention en tant que telle mais avec les publics directement concernés, nous n’allons plus être dans de l’accompagnement psycho- social qu’on a choisi de nommer désengagement de la violence. Aujourd’hui c’est acquis, mais dans le passé il y avait débat : fait-on de la déradicalisation, du désengagement, du désengagement idéologique ou du désengagement de la violence ? Grâce à la recherche-action développée au CAPREV, nous avons pu rapidement nous positionner. L’expérience des situations pour lesquelles on était sollicité, les attentes et comment les gens répondaient à nos propositions d’aide nous ont permis de nous positionner sur le fait que nous n’étions pas là pour “déradicaliser” les personnes, pour les “faire changer d’idées”. Nous estimons que nous pouvons tous avoir des idées radicales, ce n’est pas un problème en soi dans une démocratie, par contre on doit se positionner quand ces idées ont recours ou légitiment la violence. Un repère, c’est également les qualifications infractionnelles et le fait d’avoir recours à une infraction à un moment donné. De manière beaucoup plus large, notre mission c’est l’aide et l’accompagnement pour toute personne concernée ; essayer d’aller à leur rencontre et proposer un travail psychosocial en profondeur. Notre idée est de créer un lien de confiance et d’aider les personnes à comprendre comment elles se retrouvent là dans leur parcours ; “l’idéologie à laquelle elles ont adhéré fait écho à quels besoins ?” pour, petit à petit, pouvoir essayer de se projeter dans l’avenir et répondre autrement à ces besoins ou retravailler leur parcours. Derrière cette approche-là, il y a vraiment aussi l’idée que malgré des dénominations “terroristes”, pour nous, il y a des humains avant tout. Ce n’est pas irréfléchi quand on voit que les idéologies qui peuvent mener à d’ importantes violences ont quand même souvent en commun le fait de passer par une déshumanisation de soi (car nous sommes prêt à tout) et en même temps un passage par une déshumanisation de l’autre, puisqu’nous sommes aussi dans des contextes où il y a une dichotomie entre “nous et les autres”. D’où notre idée d’aller à la rencontre des personnes sans hypothèse préétablie et d’accéder à leur propre compréhension subjective de leur parcours donc, dans une idée de mettre l’humain au centre, la relation au centre, et d’aller vers un retour en société plus apaisé.

Comment se gère le contact avec des personnes qui sont souvent en rupture majeure vis-à-vis de nos institutions alors que vous en êtes un organe public ?

AJ : Les parcours des personnes sont très variés au niveau socioéconomique, au niveau familial, des histoires familiales, au niveau de la religion, etc. Dès lors nous essayons de ne pas mettre une grille de lecture imposée. Mais en même temps, il y a deux points communs : effectivement un sentiment d’injustice important sur lequel a rebondi, quelque part, l’idéologie qui a utilisé ce sentiment et l’autre point commun, c’est “une recherche de place”, un sens à l’existence.

Cela peut paraître un peu fou ce que je dis… mais, des témoignages que l’on a, ça peut vraiment être le fait de ne pas trouver sa place en société ou en famille et d’avoir une sorte de quête de sens à l’existence à laquelle est venue répondre l’idéologie. L’accompagnement à la réinsertion est dès lors très important pour nous, il s’agit d’essayer de les aider à retrouver du sens, à trouver une place, et à faire des choses qui leur plaisent, inverser les tendances au sentiment d’in- justice, voir comment ça peut être réparé, d’une certaine manière. Nous sommes effectivement un service public comme d’autres mais qui va à la rencontre de ces personnes-là et donc l’Etat fait quelque chose, un pas vers ces personnes par notre intermédiaire.

Une manière de les rattacher à la société se fait par exemple via notre juriste, le travail leur permet de les aider à com- prendre leur parcours judiciaire et, sur cette base, de voir quels sont leurs droits dans tout ça, les procédures existantes, car on pense que raccrocher aux droits, c’est important dans l’idée de revenir en société. Notamment en matière de liberté conditionnelle, ce qui peut être fait de leur côté avec leur avocat, voir ce qui est attendu par les autorités judiciaires pour y travailler. Au début, quand j’ai commencé, on disait souvent qu’il y avait peu de chance d’en voir sortir en libération conditionnelle et que les condamnés pour terrorisme iraient à fond de peine. Alors qu’aujourd’hui on en voit pas mal qui sortent en libération conditionnelle et franchement, cela se passe plutôt bien et c’est intéressant ce passage par le tribunal d’application des peines. On voit, quand les personnes sont bien informées du processus de libération conditionnelle et des objectifs et qu’ensuite elles expliquent leur projet devant le tribunal d’application des peines, à quoi la détention a servi, ça peut aussi être libérateur de ce sentiment d’injustice à certains moments, pour certaines personnes.

Comment améliorer ce système de prévention mis en place ?

AJ : Il est assez clair que leur engagement radical a été le symptôme d’un mal-être. Il peut se manifester avec d’autres symptômes pour d’autres personnes dans cette même situation. Néanmoins, ces symptômes révèlent quand même, pour moi, malheureusement, une société où nous sommes encore avec des parcours de relégation scolaire, avec l’impression de ne pas trouver sa place quand nous sommes issu de l’immigration ou de “quartiers difficiles”, par exemple. J’ai l’impression que c’est un peu, de manière très large, les mêmes combats qu’il y aurait à mener pour une société plus juste, avec moins d’inégalités tant au niveau social que scolaire, qu’au niveau de l’accès à l’emploi. Notre recherche par rapport à l’extrémisme de droite nous enseigne qu’on doit pouvoir aider et accompagner toutes les personnes en lien avec toutes formes d’extrémismes violents mais aussi qu’en arrière-fond, il y a quelque chose à jouer en terme sociétal, les extrémismes se nourrissent l’un l’autre, il faut se positionner dans une société bousculée.

Et au niveau plus institutionnel, comment améliorer le service d’un réseau comme le vôtre ?

AJ : Je vous disais que les professionnels ont les compétences pour agir, en fait, je ne pense pas qu’il faille des conseillers spécifiques, si ce n’est des conseillers bien-être et égalité, ça nous pouvons en mettre partout, dans les écoles, les prisons, les palais de justice, partout, ça ce serait l’idéal (ton de la blague). Dans les écoles, il y a nous mais il y a aussi les équipes mobiles qui peuvent agir de manière ponctuelle avec l’idée de pou- voir venir renforcer les pratiques éducatives au sein de l’école. Ce dispositif marche bien. Les professionnels sont capables de gérer beaucoup de choses. La seule dimension qui demanderait des formations plus larges, et souvent nous sommes amené à la travailler, est la dimension de la peur. On voit souvent des réflexes de peur, qui sont des réflexes tout à fait normaux. Le mot “radicalisation” fait extrêmement peur et une fois qu’il est posé sur une situation, il faut déjà voir si le mot est bien posé, parfois nous rencontrons des situations dans lesquelles il n’est pas question de radicalisation mais dès qu’on met le mot, il y a tellement de peur que toute l’analyse de la situation sera réorientée en fonction de cette lecture. Nous, par exemple, lorsque nous travaillons avec des professionnels, la première chose que nous faisons, c’est, a minima, de commencer par écouter et prendre la charge émotionnelle au maximum pour pouvoir ensuite travailler plus sereinement. Donc former à pouvoir gérer l’émotionnel qui entoure la question pour pouvoir reprendre le temps de l’analyse de la situation et du positionne- ment. Notre intervention se situe souvent là, devenir un “sas de décompression”, déposer tout, prendre le temps, réfléchir ensemble, parce que le risque, avec cette charge émotionnelle, est qu’elle induit des réflexes de rupture qui peuvent faire de gros dégâts : rejeter loin de nous cette situation qui nous fait peur et susciter le sentiment d’injustice qui est un des moteurs de la problématique. Je pense au milieu scolaire mais ça peut aussi être l’associatif, une maison de jeunes, etc. Le fait de rejeter, de mettre dehors un élève ou un jeune, ça augmente les risques. La rupture du lien, c’est vraiment ce que nous essayons d’éviter au maximum et nous essayons d’outiller les professionnels pour être dans le maintien du lien, dans le dialogue, car c’est là que nous allons le récupérer quelque part et pré- venir les risques de passage à l’acte. Mais ce n’est pas le réflexe naturel donc s’il y a quelque chose à former, je pense que c’est à ce niveau-là principalement.

Quelle place donner à l’absence d’un parti d’extrême droite fort en Belgique francophone ?

AJ : Quand on envisage les défis futurs, notamment au niveau du Réseau, on pense que l’extrémisme de droite nous parvient beaucoup moins aujourd’hui que dans un potentiel futur, notamment parce qu’il n’y a pas de ramification de partis et de figures assez charismatiques que pour attirer les personnes qui pour- raient se sentir attirées par une telle vision du monde. On pense donc que si quelqu’un avec ce profil émergeait dans le monde francophone, cela pourrait changer la donne. Néanmoins, avec les réseaux sociaux, on voit que cela dépasse les territoires, c’est indépendant du territoire de la FWB, des partis ou des figures charismatiques de notre petite Belgique francophone. Cela peut venir toucher une série de personnes en lien avec ce sentiment d’injustice, de recherche de place avec en toile de fond une certaine banalisation des discours de haine dans les médias et sur les réseaux sociaux.

1CAPREV – https://extremismes-violents.cfwb.be/aide/

Dans la même catégorie

Share This